Sport et CBD font-ils bon ménage ? Alors que la très populaire molécule issue du chanvre a le vent en poupe, est-elle pour autant adaptée dans le cadre d’une activité sportive ? Athlètes et sportifs de haut niveau : faites le point sur le Cannabidiol.

cbd sport

Le CBD contre les blessures liées au sport

Bien qu’il provienne de la même plante (Cannabis Sativa L.) et la différence du tétrahydrocannabinol, le CBD ne provoque aucun effet planant ni d’ivresse. Bien au contraire : il annulerait même les effets du THC. Non seulement ce cannabinoïde est donc non-psychotrope, mais il est également utilisé dans le cadre de soulagements médicinaux. De la même façon, cette substance n’est pas addictive.

Ses propriétés anti-inflammatoires, anti-épileptiques et analgésiques en font un complément alimentaire prisé par les personnes sujettes à l’arthrose ou aux douleurs chroniques.

Lors d’une activité sportive, il n’est pas conseillé de fumer son CBD directement. La combustion émane des gaz et des produits dégradés potentiellement nocifs pour la santé.

A la place, on préférera les huiles de CBD et autres « edibles ». L’intérêt de prendre du CBD après une séance de sport ? Réduire l’apparition de crampes musculaires, de courbatures ou encore booster la renforcement cellulaire. Aux États-Unis, ils sont particulièrement utilisés (et appréciés) dans les sports de combat.

Le CBD, légal selon l’AMA

Historiquement, le CBD ou Cannabidiol était considéré comme produit dopant selon l’agence mondiale antidopage, depuis 2004. Traité de la même façon que l’était le THC, qui lui est un cannabinoïde psychotrope, la présence de cette molécule dans l’organisme du sportif lui valait l’élimination.

L’histoire de Nate Diaz a secoué le monde médiatique en 2016. Après son combat contre McGregor, et en pleine conférence de presse, ce boxeur d’UFC s’était ouvertement montré en train de vapoter une cigarette électronique au CBD. Nate avait alors écopé d’un avertissement de l’AMA (ou WADA en anglais) – il aurait été probablement suspendu si les tests s’étaient révélés positifs AVANT la compétition de MMA.

Suite à cette polémique, l’agence mondiale antidopage a décidé de retirer une bonne fois pour toutes le CBD de la liste des substances dopantes. L’annonce officielle date de janvier 2018.

Sur son rapport de 2018, nous pouvons lire « Cannabidiol is no longer prohibited ». En revanche, il doit s’agir de CBD isolé et non Full Spectrum : le produit ne doit contenir aucune trace de THC pour passer le test antidopage (après une compétition ou un tournoi par exemple).

Pour rappel : pour être légal en France, le CBD doit être extrait du chanvre et non du cannabis.

Quels sports sont concernés ?

Finalement, dès que votre corps est soumis à un stress et un effort important, le Cannabidiol peut être un excellent complément thérapeutique.

Sous réserve de l’avis de votre médecin, il est peut-être particulièrement utile dans le cas d’un claquage, d’une déchirure musculaire ou de nausées.

Football, basket-ball, tennis professionnel, athlétisme, boxe, cyclisme, danse, gymnastique, volley-ball ou encore escalade peuvent ainsi être concernés. Il n’y a aucune règle établie : à chaque sport, son lot de douleurs particulières.

Pareil, que vous soyez sportif amateur ou champion : le CBD pourrait être adapté pour vous.

Avertissement et mise en garde

À ce jour, il n’y a pas d’effets secondaires connus concernant le CBD (tant au niveau du dosage que du produit en question). Cependant, il est indispensable de consulter son médecin traitant avant de prendre une décision sur un potentiel traitement complémentaire au CBD.

Même si vous êtes un sportif en bonne santé, lui seul sera à même de juger la pertinence de ce cannabinoïde dans votre cas précis.